La collection Narration

Construire la cohérence du personnage

Comme nous l’avons vu dans un chapitre précédent (La Cohérence du personnage), la cohérence est un des points capitaux de la construction du personnage. La maintenir tout au long du récit est une exigence absolue. Elle est pourtant négligée par nombre d’apprentis-auteurs et peut même expliquer l’échec de beaucoup de projets d’histoire.

Maintenir la cohérence du personnage
est une nécessité absolue.

Avec l’expérience et l’habitude, la gestion de cette cohérence est affaire de concentration et de feeling. L’auteur expérimenté, lorsqu’il s’est correctement formé, devient tellement son personnage, ses personnages, qu’il commet rarement de fautes majeures au niveau de leur cohérence et leur idiosyncrasie. Il est capable, tel un Brachetti de l’écriture — du nom du célèbre maitre italien de la métamorphose — de passer de l’un à l’autre à une vitesse prodigieuse en enfilant chaque fois la veste adéquate.

Mais avant d’être capable d’une telle agilité qui demande une dizaine d’années de pratique éclairée, il est bon d’avoir recours à un support simple et fiable pour déterminer la cohérence des choix, des décisions, des actions, des répliques de chacun des personnages.

Ce support se concentrera sur ce que cherche, ce que veut ou au contraire ce que redoute le personnage.

Toute action doit être estimée à la lueur de ce que veut et ne veut pas le personnage.

Plus précisément, ce support consiste en un document qui liste les objectifs — entendus au sens large, c’est-à-dire les désirs — de chaque personnage au cours du récit. Nous l’appellerons la liste des désirs.

Personnages à désir unique

Si ce désir est constant d’un bout à l’autre de l’histoire, il est inutile de le distinguer par partie ou par acte. Imaginons par exemple un fugitif prénommé Rodrigo :

RODRIGO
========
  – Il veut atteindre le Mexique avant la fin de la 
    journée.
  – Il a peur d'être rattrapé.
Liste des désirs avec un personnage à désir unique

Note : ci-dessus, on pourrait croire qu’il y a deux désirs, mais il ne s’agit en réalité que de l’expression d’un même et unique problème. Le premier exprime le désir véritable, le second souligne le conflit engendré par la confrontation de ce désir à la réalité.

Des souhaits qui évoluent

Mais la plupart du temps, ces désirs varient au cours du temps et des évènements. Il est bon alors de tenir compte de cette évolution dans chaque partie.

LOUISE
======

  Exposition
  ----------
    – Elle veut se faire un week-end en montagne, entre
      filles, avec Thelma.

  Développement (partie 1)
  ------------------------
    – Elle veut fuir au Mexique pour échapper à la
      police.

  Développement (partie 2)
  ------------------------
    – Elle veut réussir à parvenir jusqu'au Mexique.
    – Elle veut échapper à un jugement en sa défaveur.

  Dénouement
  ----------
    – Elle ne veut pas se rendre, elle ne croit pas en
      la justice des hommes.
    
THELMA
======

  Exposition
  ----------
    – Elle veut s'offrir une sortie sans son mari.
    – Elle veut rompre avec sa petite vie routinière 
      et casanière de petite femme au foyer.
      
  Développement (partie 1)
  ------------------------
    – Elle ne sait plus ce qu'elle veut. Elle suit
      simplement Louise.
      
  Développement (partie 2)
  ------------------------
    – Elle veut exprimer sa personnalité, sans plus 
      aucune limite.
    – Elle veut vivre une vie d'aventurière.

  Dénouement
  ----------
    – Elle veut aller au bout de sa vie d'aventurière,
      jusqu'à la mort.


J.J.
====
  – Il veut s'offrir du bon temps, voyager sans entrave
    et sans but.


LE FLIC
=======
  – Il veut arrêter le meurtrier de Harlan, l'homme
    du bar.
  – Il ne veut pas le malheur des deux femmes.

etc.
  
Document des désirs des personnages

Faut-il le préciser : lors de l’utilisation de ce document, la cohérence des actions devra être estimée en fonction de la partie où cette action prend place dans le récit et les désirs qui animent le personnage à ce moment précis du récit.

Nombre de désirs

Il est à noter que plus le personnage est important, plus il devrait avoir de désirs simultanés. Un protagoniste peut avoir jusqu’à 4 ou 5 objectifs simultanés, voire plus.

Par exemple, pour Mitch McDeere dans l’exposition du film The Firm (La Firme, Sydney Pollack, 1993) :

MITCH MCDEERE
=============
  – Il veut réussir son examen du barreau.
  – Il veut offrir le meilleur à sa femme
    Abby.
  – Il veut comprendre ce qui est arrivé aux
    avocats qui sont morts.
  – Il veut changer de condition sociale.
  – Il veut montrer à ses employeurs qu'ils
    ont fait le bon choix en l'embauchant.

Notez que le nombre de désirs diminue au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, pour se concentrer bientôt sur un ou deux. Le film précédent est un exemple célèbre de film présentant un nombre tellement important d’objectifs qu’un personnage fait même remarquer au protagoniste qu’il court “trop de lièvres d’un coup” — la femme de McDeere. Pourtant, à la fin, le nombre d’objectifs — à entendre au sens large, encore une fois — s’est considérablement réduit :

MITCH MCDEERE
=============

  Dénouement
  ----------
    – Il veut sauver sa peau.
    – Il veut conserver son travail.
    – Il veut retrouver sa femme.
CHECKUP[Avez-vous pensé à faire la liste des désirs de tous vos personnages ? coherence]

Conclusion

Il pourrait paraitre trivial d’établir ces listes et pourtant, croyez-le, beaucoup d’histoires qui n’ont pas vu le jour existeraient sans doute aujourd’hui si leur auteur avait pris la peine de l’établir et de s’y référer constamment pour valider les actions et les choix de leurs personnages, quels qu’ils soient.

CHECKUP[Pensez-vous à faire appel à la liste des désirs pour valider la cohérence des choix et des actions de vos personnages ? coherence]

Vous noterez, pour finir, la simplicité avec laquelle sont énoncés ces souhaits dans cette liste de désirs. Plutôt que “réussir son examen”, on préfèrera indiquer “il veut réussir son examen”. C’est un détail, mais nous avons la conviction que cette façon d’énoncer le désir, au moment de l’estimation des actions, permet d’entrer plus vite dans “la peau du personnage” et donc de faire le choix le plus lucide et le plus pertinent. “Il veut”, “il ne veut pas”, “il redoute”, “il espère”, sont donc des tournures à privilégier. La simplicité permet toujours un accès plus direct aux émotions.