La collection Narration

Autre exemple de recherche d'objectif (Noé)

Difficulté de la définition de l’objectif

Il n’est pas si simple de définir l’Objectif Fondamental de son histoire, ou la Question Dramatique Fondamentale (QDF) quand cet objectif fondamental n’existe pas.

Cette difficulté réside principalement sur les trois niveaux , ou les trois plans, sur lesquels peuvent se trouver les éléments. Ces trois plans sont :

Prenons un exemple pour illustrer ces trois plans, celui du film {Noah (Noé, Darren Aronofsky, 2014). Nous trouvons dans ce film plusieurs éléments qui pourraient être des objectifs :

Chacun de ces éléments pourrait définir l’objectif principal du récit, et chacun de ces choix déterminerait un récit différent. Une fois l’objectif défini/choisi, les autres éléments se répartissent dans les deux autres plans, celui des motivations et celui des moyens. Voyons ce que cela donnerait en choisissant successivement trois de ces items :

Si Construire une arche est l’objectif principal du récit :

Niveau des motivations
– Permettre à la Terre de retrouver sa virginité et sa pureté originelle :– Sauver les espèces vivantes du déluge
Niveau de l’Objectif principal]
Construire une arche
QDF : Noé parviendra-t-il à construire son arche ?
Niveau des moyens
Trouver le matériau et l’aide nécessaire.

Cela, globalement, donnerait un récit qui commence comme dans le film (Dieu confie à Noé sa mission) et l’on verrait ensuite Noé s’atteler à la tâche. L’essentiel des obstacles concernerait cette tâche, il aurait du mal à trouver le matériau, à obtenir de l’aide pour réaliser sa construction, ferait des tentatives de construction qui échoueraient (le bateau n’avait pas encore été inventé à cette époque…), des gens malveillants viendrait briser son œuvre, etc. Le film s’achèverait au moment où Noé parvient enfin à construire l’arche. La toute fin verrait l’arche se remplir des animaux et partir sur l’eau quand le déluge s’abattrait sur la terre. Noé a réussi.

Noter comment le niveau des motivations contient ce qui va pousser Noé à aller au bout de sa tâche. Sans cette motivation de sauver les espèces vivantes et de redonner à la Terre sa pureté, le personnage aurait certainement abandonné son projet.

Mais est-ce le film auquel on assiste ? Pas du tout et pourtant ce serait un récit tout à fait possible. C’est donc que l’objectif du film de \realisateur{Aronofsky} se trouve encore ailleurs.

De la même manière, dans votre propre histoire, vous penserez peut-être que votre objectif est celui que vous avez défini au préalable. Mais il se peut que vous vous trompiez. Se tromper conduit à perdre son histoire.

Si Sauver les espèces vivantes du déluge est l’objectif :

Niveau des motivations
– Permettre à la Terre de retrouver sa virginité et sa pureté originelle
Niveau de l’Objectif principal
– Sauver les espèces vivantes du déluge
QDF : Noé parviendra-t-il à sauver les espèces vivantes du déluge ?
Niveau des moyens
– Construire une arche \
– Trouver le matériau et l’aide nécessaire.

Noter ici comment ce qui était l’objectif principal dans le récit précédent (construire une arche) descend au niveau des moyens dans ce récit, et comment ce qui était une motivation dans le récit précédent (sauver les espèces vivantes) devient un objectif principal.

Dans ce film-là, la concentration serait mise sur les espèces vivantes. Elles seraient mises en exergue, avec une scène qui montreraient une espèce en danger, une sous-intrigue qui montrerait la recherche d’une espèce particulière qui resterait introuvable jusqu’au dernier moment, une scène montrant des conflits à l’intérieur de l’arche, entre différentes espèces, une scène dérobant une espèce dans le seul but de se nourrir, etc. Le dernier plan montrerait certainement Noé ouvrir la porte de l’arche, réveiller les animaux endormis et les regarder s’éloigner sur la terre vierge en couples. Est-ce le film dont on a tiré cet exemple ? Pas vraiment… Et pourtant, tout comme l’autre, il serait tout à fait possible.

Si Permettre à la Terre de retrouver sa pureté originelle est l’objectif :

Niveau des motivations
Néant.
Niveau de l’objectif principal
– Permettre à la Terre de retrouver sa virginité et sa pureté
QDF : Noé permettra-t-il à la Terre de retrouver sa virginité et sa pureté originelle ?
Niveau des moyens
– Sauver les espèces vivantes du déluge
– Construire une arche

Noter comment, ici, le niveau des motivations s’est vidé. Il en va ainsi lorsque l’objectif définit en lui-même ses motivations. Et puis remarquons surtout que nous ne tenons compte ici que des éléments qui pourraient être des objectifs. Il est clair que dans l’histoire, c’est la dévotion de Noé à Son Créateur qui le pousse à accomplir jusqu’au bout sa tâche.

Noter également que l’objectif Trouver le matériau et l’aide nécessaire a été supprimé. Lorsqu’un moyen descend trop bas, il devient très souvent obsolète.

Dans ce récit, on retrouverait très exactement… le film d’\realisateur{Aronofsky} lui-même. Avec des scènes qui montreront Noé s’interrogeant sur le sens de cette virginité et de cette pureté, des scènes le montrant prendre la décision de mettre fin à l’espèce humaine — si l’objectif était réellement de sauver les espèces vivantes, l’homme en est une, elle aussi.

Dans ce récit, également, et contrairement aux autres, Noé échoue. Car il ne parvient pas à supprimer la race humaine. Ce qui explique sa déchéance après le climax.

Le choix de cet objectif, s’il rend le film moins concret, moins charnel, le rend en tout cas plus spirituel, plus psychologique, confrontant les personnages, et principalement Noé, à des choix très forts et notamment celui du climax : va-t-il assassiner ses deux petites-filles tout juste nées ?

Qu’est-ce qui détermine l’objectif ?

On peut déduire de ce qui précède que ce qui détermine l’objectif ne relève ni du conceptuel ni de l’intellectuel, même si déterminer cet objectif fait appel au conceptuel et à l’intellect. Ce qui détermine l’objectif, c’est ce qui sera réellement joué dans le récit, d’un bout à l’autre du récit, ce qui rencontrera le plus d’obstacles et génèrera des conflits d’un bout à l’autre du récit.

Le plus grand repère qui puisse vous aider est le suivant :

> Le récit s'achève toujours par la réussite ou non de l'objectif.

Et plus généralement :

> Le récit s'achève toujours par la réponse donnée à la QDF.

Si la réussite ou l’échec de l’objectif — ou la réponse à la QDF — survient avant la fin (c’est-à-dire avant les 10/15 dernières minutes pour un long-métrage), c’est soit que l’objectif que vous avez choisi n’est pas le véritable objectif de votre récit (et vous devez alors déterminer le véritable objectif pour être en mesure de bien le jouer), soit que vous avez mal joué votre objectif et que vous devez reprendre la construction de votre structure afin que le climax donne réellement la réponse à votre question dramatique fondamentale.

Comment trouver le bon objectif ?

Bien entendu, par rapport à l’exemple précédent, le choix est relativement simple, puisque chacun des items qui pourrait définir l’objectif principal est un item intéressant en soi, riche. Il n’en va pas toujours de même dans toutes les situations. Parfois, l’objectif principal s’impose de lui-même du fait qu’il est le seul qui présente un intérêt narratif.

Attention cependant : il faut l’expérience d’un auteur aguerri pour déterminer sans trop d’erreur si un objectif présente un intérêt narratif. L’apprenti-auteur, qui se sert souvent plus de sa tête que de son cœur, rejette facilement un objectif réellement narratif sous le prétexte qu’il est trop simple en apparence au bénéfice d’un autre objectif qui lui semble bien meilleur car intellectuellement plus riche, plus compliqué. C’est une erreur courante. Quel apprenti-auteur choisirait comme objectif échapper à la police (Thelma & Louise (Ridley Scott, 1991) ), Payer une opération des yeux à son fils (Dancer in the Dark (Lars Von Trier, 2000)), sortir d’un cube (Cube (Vincenzo Natali, 1997)), * se faire rembourser un tapis* (The Big Lebowski (Joel Coen, 1998)) ?…

Pourtant, ce sont des objectifs principaux aussi simples qui ont donné naissances aux chef-d’œuvres en question.