La collection Narration

Construction des pics émotionnels

En parallèle des travaux précédents, tentez de brainstormer sur les pics émotionnels qui pourraient survenir au cours de votre récit. Rappelez-vous nous avons déjà mentionné ces pics dans le chapitre traitant du rythme (Les pics émotionnels et le rythme).

Comme nous le précisons dans l’ouvrage sur le travail de l’auteur (Comment choisir son histoire ? dans Le Travail de l’auteur), avant même de faire le choix d’une histoire, de décider de traiter celle-là et aucune autre — si vous n’en développez qu’une à la fois —, il est bon d’être certain qu’elle peut offrir au public des moments où son cœur s’emballera, que ce soit pour une scène d’action originale et à couper le souffle ou une scène de conflit intérieur intense.

Imaginez-vous simple spectateur de l’histoire et demandez-vous, connaissant les prémices de l’histoire telle que sa silhouette se dessine, les scènes fortes, captivantes, extraordinaires que vous aimeriez voir, vous-même, en tant que public, dans la salle de cinéma ou avec le livre entre les mains.

Se libérer de toute contrainte

Mais pour déterminer ces “pics émotionnels”, ces “scènes fortes”, il faut se libérer de toute contrainte. Oubliez même le déroulement actuel du récit et ne conservez que son ADN, ce qui en fait le cœur. L’erreur à ne pas commettre serait de supprimer une idée de scène sous prétexte qu’elle semble, en fonction des éléments actuels, ne pas pouvoir s’insérer harmonieusement dans le récit. Qui sait où en sera le récit dans quelques semaines, dans quelques mois ? La donne aura peut-être changé et cette scène pourrait alors s’y insérer à merveille.

Consacrez donc un document spécialement à ces scènes fortes, et conservez toutes celles qui vous viennent à l’esprit pour le moment, sans aucune censure.

Pensez pour commencer aux scènes qui s’imposent d’elles-mêmes par rapport à l’embryon d’histoire qui se dessine. Si vous élaborez le récit d’un homme dont la fille a été enlevée et qui se lance à son secours (Taken (Pierre Morel, 2008) il est légitime de penser que le moment où il va enfin la retrouver sera un moment de forte intensité émotionnelle. Commencez par l’évidence, les scènes fortes qui s’imposent puis laissez-vous aller à imaginer d’autres scènes, moins nécessaires en apparence, mais qu’en tant que public vous aimeriez voir jouer par vos personnages, dans cette histoire-là.