La collection Narration

Le personnage n'est qu'un détail

TODO: Ajouter le fait qu'en réalité le personnage — protagoniste — a souvent deux caractéristiques qui le construisent, pas plus. TODO: Donc l'auteur doit chercher ces deux caractéristiques (=> à placer dans la construction du protagoniste)

Dans Force majeure (Pierre Jolivet, 1989), Pierre Jolivet fait dire à Patrick Bruel alias Philippe Lamarck : “C’est un détail, mais parfois, on aime les gens pour un ou deux détails”.

Ne pas se perdre dans la complexité

Contrairement à l’impression que peuvent parfois laisser les personnages, ils ne sont jamais fait de beaucoup de choses dans un film.

TODO: Développer, illustrer.

En musique, il suffit de quatre voix, parfois même seulement trois, pour donner une impression de complétude, quel que soit la qualité de l’inspiration mélodique. Il en va de même pour le personnage : trois ou quatre détails bien choisis suffisent à créer un personnage riche et dimensionné. [etc.]

Mais parvenir à trouver ces trois ou quatre détails, c’est cela qui demande un travail considérable [etc.]

[La suite était déjà dans le fichier : ]

On peut faire confiance à ce réalisateur qui sait si bien dépeindre des personnages riches et dimensionnés.

L’impression, dans la réalité de la fiction (sic), il suffit bien souvent d’un ou deux détails, effectivement, pour nous faire connaître un personnage, nous le rendre attachant.

De nouveau on peut penser au principe de l’iceberg. Si le détail est bien choisi, s’il ne procède pas que d’une fantaisie, il va suggérer tout ce qu’il cache […]

(se servir de l’exemple de “Héros malgré lui” ou du “Jouet” en les mettant en liste de films.)

Élements de caractérisation non-remarquables (taille moyenne)

Éléments de caractérisation remarquables (détails, grands traits, comportement, attitude) Pour pouvoir s’identifier au personnage, le spectateur doit pouvoir l’identifier.

Erin Brockovich (Erin Brockovich, seule contre tous, Steven Soderbergh, 2000)

Voir la scène — drôle et forte — où le personnage donne “son numéro” à George, son nouveau voisin. Elle annonce qu’elle est forte pour les chiffres et commence à se définir en chiffre, l’âge de ses enfants, le montant de son compte bancaire à la virgule près, etc. “et zéro, le nombre de fois où vous m’appellerez”