La collection Narration

La fin paradoxale

Un récit peut se finir bien, ce qu’on appelle un happy end, il peut s’achever mal, ce qu’on appelle une fin noire, il peut même ne pas avoir de fin comme dans AUTOPSIE D’UN MEURTRE. Mais parmi toutes ces fins possibles, la meilleure est sans doute la fin paradoxale que Robert McKee appelle fin ironique.

Cette fin consiste à ajouter un MAIS à la réponse dramatique fondamentale finale, donnant une nuance de vérité, de réalité, à l’histoire.

Si c’est une forme de happy end : OUI, le héros gagne MAIS il perd quelque chose. Par exemple :

Si c’est une fin noire, l’expression de la fin paradoxale devient : NON, le héros échoue MAIS il gagne quelque chose. Par exemple :

La meilleure fin possible ?

Pourquoi la fin paradoxale est-elle la meilleure possible ? Peut-être tout simplement parce que nous y croyons plus qu’une autre puisqu’elle est la fin qui ressemble le plus à la vie : dans la vie, nous savons pertinemment que dès que nous voulons obtenir quelque chose, nous avons souvent à perdre quelque chose. À l’inverse, lorsque nous connaissons un échec, cet échec est souvent source d’évolution, d’apprentissage, de mûrissement.

La fin “toute blanche” ou “toute noire”, qui ne dirait que “OUI” ou “NON”, en revanche, porte en elle la plupart du temps un côté artificielle, incrédible, “trop beau pour être vrai”.

TODO: La partie suivante, sur "chercher le paradoxe" est à mettre ailleurs, dans la partie construction.

Chercher le paradoxe

Aussi, dès que l’histoire commence à se dessiner, il est bon de commencer à se demander comment introduire du paradoxe dans la fin qui se dessine. Si la fin doit être positive, alors chercher ce que pourrait perdre le protagoniste ou ce qu’il pourrait ne pas gagner. Si la fin est négative, s’interroger sur ce qu’il pourrait gagner ou ne pas perdre.

Notez que le paradoxe peut être un élément directement lié à l’objectif, comme le bras perdu par Aron Ralston dans 127 Hours qui lui permet de se sortir de son piège, mais ce peut être aussi un élément sans lien véritable avec l’objectif ou la problématique, comme c’est le cas par exemple dans Her avec la publication des lettres de Theodore, intrigue qui n’a qu’un lien lointain avec la romance dont traite le film.

CHECKUP[Votre récit présente-t-il une fin paradoxale ? Si ça n’est pas le cas, votre fin ne gagnerait-elle pas beaucoup à présenter un paradoxe ? denouement]