La collection Narration

L'incident perturbateur (scène-clé)

On parle souvent dans les ateliers, les écoles ou les cours d’écriture d’un incident, d’un évènement, qui permet de déclencher l’histoire. Il s’appelle incident déclencheur, incident perturbateur, catalyseur ou détonateur suivant les écoles.

Mais en réalité, si l’on y regarde de plus près, la plupart des mises en route des bonnes histoires se passent en réalité non pas en un mais en deux temps : un premier évènement vient bousculer en quelque sorte la vie d’un personnage, le protagoniste, comme pour la “décrasser” ou la faire sortir de ses gongs — nous l’appellerons incident perturbateur. Puis un second évènement, souvent de moindre intensité, va propulser ce personnage en avant, va réellement définir une direction, une mission, un parcours — nous appellerons ce second évènement l’incident déclencheur.

L’incident perturbateur est le premier temps
de la mise en route de l’histoire.

L’incident perturbateur est donc l’évènement qui déstabilise l’harmonie ou l’équilibre du préambule. Mais à lui seul, il ne peut déclencher l’histoire. Il doit être suivi de l’incident déclencheur qui va réellement déclencher l’histoire.

Exemple détaillé

Une bonne illustration se trouve dans l’exposition de The Horse Whisperer (L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, Robert Redford, 1998) :

Ce film n’est pas une exception, nombre d’excellents récits présentent ces deux temps.

Illustrations dans les films

Voyons quelques incidents perturbateurs choisis au hasard dans quelques histoires.

Dans Antichrist (Lars Von Trier, 2009), c’est l’accident de l’enfant qui tombe par la fenêtre. L’incident déclencheur sera l’incapacité de la jeune mère à s’en remettre.

Dans Thelma & Louise (Ridley Scott, 1991), c’est la tentative de viol de Thelma par Harlan. L’incident déclencheur sera le meurtre d’Harlan par Louise.

Dans Still Alice (Richard Glatzer, 2014), c’est le moment où, rentrant de son jogging, Alice ne sait plus où elle se trouve. L’incident déclencheur sera le moment où elle apprend qu’elle est atteinte d’un Alzheimer précoce.

Dans Blue Velvet (David Lynch, 1986), c’est l’accident du père (incident perturbateur) qui conduit le protagoniste Jeffrey Beaumont à se rendre à l’hôpital. C’est sur la route du retour qu’il trouvera l’oreille (incident déclencheur) qui le propulsera dans l’histoire. Cet incident perturbateur est à mettre en exergue dans le sens où contrairement à l’habitude, il n’a en apparence aucun rapport avec l’incident déclencheur. L’accident du père et le fait de retrouver l’oreille dans l’herbe sont deux évènements sans rapport. En apparence seulement puisqu’ils seront tous les deux responsables du mûrissement du protagoniste comme nous le verrons dans l’analyse complète du film.

Exemples de récits en un seul déclencheur

Comme je l’ai suggéré, le lancement de l’histoire ne se fait pas toujours en deux scènes distinctes, l’une contenant l’incident perturbateur et l’autre contenant l’incident déclencheur. Parfois, on peut voir ces deux incidents se chevaucher et même se confondre à l’intérieur d’une seule scène.

C’est le cas par exemple dans Taken (Pierre Morel, 2008) : Bryan Mills n’apprend pas dans un second temps l’enlèvement de sa fille — comme cela se produit souvent dans les films d’enlèvement. Il vit cet enlèvement en direct, au téléphone avec sa fille — c’est l’une des excellentes idées du film. L’incident perturbateur (l’enlèvement) coïncide donc avec l’incident déclencheur (le protagoniste apprend l’enlèvement de son enfant, ce qui l’amène à agir, à se fixer une mission).

Il en va de même lorsque les deux évènements se sont produits avant le film, comme c’est le cas dans Dancer in the Dark (Lars Von Trier, 2000) : l’incident perturbateur est le moment supposé — car non montré — où Gene, le fils de Selma, vient au monde avec la même maladie des yeux que sa mère. L’incident déclencheur, supposé lui aussi, correspond au moment où Selma apprend que son fils a hérité de sa maladie. Nous ne pourrons que deviner ces deux évènements, comme un unique évènement, dans la scène de fin d’exposition où Selma se confie à son logeur Bill Houston.

CHECKUP[Votre incident perturbateur est-il suffisamment… perturbant ? scenes_cles]
CHECKUP[Si vous avez pensé à votre incident déclencheur, avez-vous également pensé à l’incident perturbateur qui peut l’introduire ou le préparer ? scenes_cles]
CHECKUP[Si vous avez seulement un incident perturbateur, est-il vraiment suffisant pour déclencher votre récit ou nécessiterait-il d’être suivi par un incident déclencheur qui lancerait ou définirait véritablement l’histoire ? scenes_cles]