La collection Narration

Le Séquencier

On peut voir le séquencier comme une version développée du chemin de fer. Mais il ne faut pas déduire de cette formulation que le premier s’élaborerait après le second. Selon le principe de la non linéarité du développement, on peut partir d’un séquencier pour élaborer un chemin de fer qui lui-même permettra d’élaborer un nouveau séquencier.

Comme le chemin de fer, le séquencier présente l’intégralité des scènes dans l’ordre chronologique du récit — c’est la raison pour laquelle on peut aussi l’appeler un scénier. Mais contrairement au chemin de fer, le séquencier rentre plus dans le détail des scènes. À commencer par l’indication de l’effet — JOUR ou NUIT — et du lieu où se déroule la scène — INT. pour intérieur ou EXT. pour extérieur. Il présente ensuite un résumé de la scène comportant un nombre de lignes relatif à son importance — à titre indicatif, on peut se dire qu’une ligne dure 30 secondes de film ou 1 page de roman.

Schématiquement, le séquencier se présente sous cette forme :


INT. JOUR — Pitch de la scène

Résumé de la scène

en quelques lignes.
 

INT. EXT — Pitch de la scène

Résumé de la scène

en quelques lignes.
 

Etc.
Exemple schématique de séquencier

Le séquencier du début du film Rocky (John G. Avildsen, 1976) pourrait ressembler à :


INT. NUIT — Rocky gagne un match de boxe minable

Sur un ring installé sous un Christ, Rocky Balboa fait un match contre un de ses potes de boxe. Suite à un coup irrégulier, Rocky s’énerve et démolit son ami et adversaire avant de repartir nonchalamment vers les vestiaires une clope au bec.
 

INT. NUIT — Rocky reçoit sa paye

Dans les vestiaires où il retrouve le pote boxeur qu’il vient de démolir, Rocky, blasé, se change. L’organisateur du match vient lui remettre sa misérable paye amputée de tous les frais du match…
 

EXT. NUIT — Rocky salue des chiots dans une vitrine

Alors qu’il rentre chez lui après le match, Rocky s’arrête devant la vitrine d’une animalerie pour saluer des petits chiots. Il leur parle gentiment, les appelle par leur petit nom.


Rocky : extrait de séquencier

Rédaction du séquencier

Les remarques pour la rédaction du chemin de fer valent tout autant pour le séquencier. On pourra donc s’y rapporter.

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que la juste longueur du résumé de chaque scène va accroitre ou réduire l’intérêt de ce document. C’est un document d’échelle qui doit se situer entre le chemin de fer et le traitement.

Quand le chemin de fer offre une vision squelettique du récit ne permettant pas de distinguer les détails, quand le traitement offre une vision détaillée de l’histoire ne permettant plus d’estimer le rythme et les évolutions, le séquencier propose une échelle intermédiaire qui permet d’un côté de suggérer le détail de l’histoire et de l’autre de percevoir encore le rythme et les évolutions.

En conséquence, le séquencier ne remplit son rôle que si :

CHECKUP[Les scènes de votre séquencier sont-elles suffisamment claires pour les comprendre, les visualiser — si c’est un film ? sequencier]
CHECKUP[Les scènes de votre séquencier sont-elles suffisamment résumées ? sequencier]

Autres exemples

Vous pourrez trouver des exemples de séquenciers dans le recueil d’exemples de la collection : Extraits de séquencier dans Recueil d’exemples.