La collection Narration

Brainstorming sur l'histoire

“Il n’est pas difficile d’avoir une idée. Le difficile, c’est de les avoir toutes.” Alain - Propos

La technique du brainstorming appliquée à l’histoire consiste, dès que l’idée ou l’envie du récit apparait, à prendre une feuille et un stylo, ou à ouvrir un document vierge sur son ordinateur, et à marquer tout ce qui vous passe par la tête concernant ce projet. Tout, de la plus insignifiante pensée à l’idée la plus bizarre, sans retenue.

Dans ce brainstorming, ne refusez rien, surtout pas les questions qui peuvent apparaître. Ces questions pourront dégager des pistes de documentation, des approfondissements ultérieurs indispensables ou des recherches d’idées à faire. Rappelez-vous toujours :

Concevoir une histoire, c’est l’interroger.

Exemple

En guise d’exemple, je vais partir de cette idée génératrice :


C’est l’histoire d’une femme qui part à la recherche de son frère disparu lors de l’ascension d’une montagne d’Amérique du sud.

Premier brainstorming

J’ouvre alors un document et je me lance dans un brainstorming. Je me suis donné une heure pour le réaliser. Au bout d’une heure, j’arrêterai. Ici, je ne donne qu’un aperçu du début de ce que peut être ce brainstorming.

Note : Dans tous ces exemples, la formulation est bien entendu réduite à sa plus simple expression et je note les idées “comme elles viennent” sans aucun souci de rédaction.

-
Qui est cette femme ? Elle est jeune, pas plus de 25 ans [je ne sais pas pourquoi]. C’est une brillante jeune savante [je ne sais pas pourquoi]
-
Plutôt que son frère, c’est son demi-frère [je ne sais pas pourquoi]
-
Peut-être qu’elle est jeune savante, au seuil d’une carrière prometteuse et qu’elle va se trouver devant le choix : partir chercher son frère ou accepter une offre exceptionnelle (-> pour le refus de l’appel)
-
La montagne qu’elle doit gravir est sacrée
-
Fait-elle du sport ? Pas assez, ce sera une difficulté de plus pour elle
-
En fait, elle vient d’apprendre l’existence de ce demi-frère. Elle a un père plutôt énigmatique
-
Elle adore le bleu, elle n’a jamais aimé le rose
-
Elle est complexée par son corps, elle ne se trouve pas féminine (alors qu’elle l’est) [je ne sais pas pourquoi]


Ce premier brainstorming me permet d’affiner mon résumé, pour tenter d’y voir plus clair.


C’est l’histoire d’une jeune femme, jeune savante, qui renonce à la brillante carrière qui s’offre à elle pour partir à la recherche de son demi-frère dont elle vient d’apprendre l’existence. Ce demi-frère a disparu lors de l’ascension d’une montagne en Amérique du sud. La jeune femme va devoir gravir la montagne pour le retrouver. Mais la montagne est sacrée, protégée par un peuple descendant des Incas.

Rebondissements

Puis je reprends le premier brainstorming établi et je tente de rebondir sur les points qui se sont dégagés, toujours sans souci de rédaction.

-
L’ascension d’une montagne demande de l’entraînement physique — La jeune fille est-elle sportive ? A-t-elle pratiqué un sport quand elle était jeune ? Quel sport ? Elle ne l’a peut-être fait qu’assez tard dans sa vie ?
-
Alors, peut-être est-elle complexée par son corps. Cela a-t-il un rapport avec son malaise d’aujourd’hui ? Ce malaise a-t-il un rapport avec le fait d’accepter de tout abandonner et partir comme ça, dans un pays qu’elle ne connaît pas, elle qui n’est jamais allée nulle part ?
-
Pour aller en montagne, on a besoin d’un guide ou c’est la catastrophe assurée. La jeune fille connaît-elle un guide ? Compte-t-elle faire appel à un guide ?
-
L’ascension d’une montagne, c’est une métaphore de toute difficulté à affronter. C’est un effort aussi physique que psychologique. C’est la métaphore aussi d’une ascension. L’ascension vers une conscience supérieure ?
-
Est-elle seule à monter là-haut ? — D’autres personnes recherchent-elles aussi son demi-frère ? Trempait-il dans des affaires louches ? Lesquels ? Je ne sais pas
-
Combien de temps à l’avance doit-on se préparer pour gravir une montagne ?
-
Je ne connais rien des Incas. Culte au soleil. Je me rappelle avoir lu quelque part quelque chose de très spécial sur leur façon d’irriguer leurs champs
-
L’eau c’est la vie — L’eau est aussi souvent associée à l’amour
-
Est-ce que ça existe, les “arnaques au guide”, des guides malintentionnés qui profitent de la naïveté des gens qui font appel à eux
-
Le guide de la jeune femme cache des choses, n’est pas clair
-
Pourquoi la montagne est-elle sacrée ?
-
L’Amérique du sud est le pays de l’or. Or caché, mythique. Pays de l’or et des légendes sur la conquête de l’or. Tombeaux cachés. Trésors cachés. Nombreux morts
-
Un pays plein de légendes
-
Comment vivre dans l’humidité quand on fait de l’asthme et que l’on aime le confort ? Que tire-t-on de cette expérience ? Peut-être que c’est la seule manière de se grandir : affronter les vrais dangers, affronter des situations extrêmes dont on s’est toujours préservé par son intelligence
-
Elle se protège derrière son intelligence. Cette intelligence lui a toujours permis de se protéger, de fuir ses peurs, ses angoisses
-
Que cela fait-il de découvrir, alors que l’on pensait tout savoir sur sa famille, qu’on a un demi-frère ? Cela n’est-il pas propice à tout remettre en cause ? À rechercher des coupables, des gens qui le saurait et ne nous aurait rien dit ? Je pense que la jeune fille pourrait dire et penser « coupable ». Elle va leur en vouloir à mort de leur avoir caché ça — Comment est-ce que je réagirais en apprenant une nouvelle comme celle-là ? — Je refuserais de le croire
-
Est-ce qu’elle le croit tout de suite ? -> déni


Après avoir procédé à cet autre brainstorming, on peut “s’amuser” encore une fois à reprendre chaque point et à faire un court brainstorming dessus, pour creuser encore plus son imaginaire, pour interroger plus profondément encore l’histoire.

L’important, au cours de ces premiers brainstorming — et c’est valable seulement pour ces premiers brainstorming —, est d’essayer de ne pas s’arrêter. Quand on « sèche » sur un point, on passe aussitôt à un autre. Pour rebondir, on relit un passage déjà écrit, une idée déjà jetée et l’on écoute sa petite voix intérieure. Dès qu’une brèche s’ouvre, on s’y engouffre, sans se crisper, sans juger les idées.

La documentation

Comme vous pouvez le remarquer, un autre avantage du brainstorming sur l’histoire est de faire émerger des points de recherche, des documentations qui seront à entreprendre.

En général, ces recherches sont à faire sur tous les thèmes abordés par l’histoire. Plus vous aurez de questions précises sur ces thèmes et plus ces recherches seront efficaces.

Le temps de l’évaluation

Une fois cette première étape de brainstorming exécutée, il est temps de reprendre les éléments un par un et de les évaluer afin de pouvoir les utiliser plus facilement dans la suite du travail.

Pour ce faire, on peut procéder ainsi :